Sophrologie et équitation

Sophrologie et équitation

Faire corps avec son cheval

La Sophrologie a fait ses preuves dans le sport, en équitation plus que dans toute autre discipline la sophrologie a sa place car c’est un travail d’équipe, un duo, comme en patinage artistique, le cavalier doit faire entièrement confiance en son cheval. Le cheval ressent les émotions et les tensions du cavalier, d’où le fait que l’entrainement sophrologique devient alors essentiel. Nous allons travailler sur la posture, le relâchement des épaules, le bassin, l’assiette. Nous nous mettons à l’écoute du corps et  des sensations dans l’infiniment petit car le cheval ressent et vit les émotions du cavalier. Un travail sur les émotions est alors inévitable, comment gérer le stress des compétitions, la peur.

visualiser son objectif

Nous allons travailler dans l’accompagnement du cavalier sur la respiration, le cavalier va pouvoir apprendre à maîtriser son souffle, à se détendre, relâcher ses muscles, également un travail sur  la concentration et aussi surtout sur les visualisations ; l’importance du regard ; apprendre à visualiser son objectif, son parcours.

Ateliers sophrologie équitation

Quelle que soit la discipline d’équitation, classique, obstacles, courses hippiques dans ces ateliers nous travaillerons a l’aide de la sophrologie sur la relation avec l’animal, sur la confiance que l’un et l’autre se donnent.

La sophrologie pour maigrir

La sophrologie pour maigrir

Perdre du poids de façon durable

Comment la sophrologie peut être efficace dans l’accompagnement des troubles du comportement alimentaire : en se mettant à l’écoute du corps et de ses sensations, retrouver la satiété, la sensation de faim, on apprend à ne plus se remplir mais à manger en conscience, à (re)découvrir le goût des aliments, en maîtrisant ses émotions la nourriture n’est plus un refuge, les quantités diminuent ostensiblement.

Voici le témoignage d’une participante à mes séances collectives de sophrologie gestion du stress :

J’ai perdu 60 kg grâce à la sophrologie

“En débutant la sophrologie pour gérer mon stress, je ne m’attendais pas à un tel changement dans ma vie. J’ai perdu 60kg sur la durée de l’activité “sophrologie, mieux gérer son stress au quotidien”.

Nous n’avons en séances jamais évoqué le poids mais simplement en apprenant à évacuer le stress, j’ai pu prendre conscience qu’il était temps de prendre soin de moi. Dés les premières séances j’ai ressenti du bien être, puis au fur et à mesure des séances je parvenais à lâcher prise. J’ai appris qu’il était important de prendre du temps pour moi. J’ai pris l’habitude de refaire les séances dans la semaine.

La qualité de mon sommeil s’est améliorée, je me suis mise à marcher, à regarder autour de moi. En diminuant le stress, les grignotages ont disparu. J’ai pris conscience de mes priorités de savoir ce qui était bon pour moi, de me fixer un objectif et les étapes pour l’atteindre.

gérer les émotions

En apprenant à me détendre, à respirer calmement j’ai appris à maîtriser mes émotions et du coup à ne plus me remplir mais à me nourrir quand j’ai faim, à redécouvrir mes sensations.

Manger en conscience

apprendre à mâcher lentement à savourer les aliments, à apprécier la saveur, retrouver le goût des aliments ce qui fait que l’on mange moins, on est plus vite rassasié.

En étant à l’écoute de mon corps, j’ai pu retrouver la sensation de faim, le goût des aliments et j’ai appris à manger en conscience, donc je m’autorisais quelques carrés de chocolat alors qu’avant c’était la tablette sans m’en rendre compte. J’ai gagné en confiance en soi, en joie de vivre, et dans les séances de sophrologie je me visualisais fière de moi.

Mon objectif aujourd’hui est de maintenir ce poids, je me suis même remise au sport et je peux dire que la sophrologie a changé ma vie.”

Je remercie Herminia pour ce beau témoignage.

Se libérer du cannabis à l’aide de l’hypnose

Se libérer du cannabis à l’aide de l’hypnose

L’hypnose peut apporter une aide essentielle pour se libérer d’une addiction.

Comment se déprogrammer d’une habitude que l’on impose à son corps. Comportement que l’inconscient a mis en place pour se “protéger” comme un voile, un brouillard pour masquer des choses enfouies profondément.

En sachant cela, le travail va consister à se libérer de ces images enfouies, à surmonter sa peur du manque, ce qui bien souvent empêche les personnes d’arrêter et à trouver en soi le bien être sans substance.

Prenons le beau témoignage d’une jeune fille de 26 ans qui est venue me voir pour arrêter une consommation excessive de cannabis. (10 joints quotidiens depuis plus de 10 ans) :

Tout d’abord, j’ai voulu essayer l’hypnose sans une trop grande conviction. Je m’attendais plus à une séance comme on peut voir à la télé mais finalement pas du tout ! Un ami m’a conseillé d’aller voir une hypnothérapeute qui se prénomme Valérie, j’ai donc sauté le pas. Je suis venu plus particulièrement pour arrêter ma consommation de cannabis.

La première séance a été très révélatrice sur ma vie (je me la suis prise en pleine figure !). Beaucoup de choses sont remontées du passé, des choses que j’avais décidé d’oublier et la drogue avait mis aussi son petit mouchoir dessus.

La deuxième séance n’a fait que confirmer la première.

Je sais maintenant pourquoi la drogue est mon péché, pourquoi elle me colle à la peau et pourquoi je me suis droguée et ça c’est important.

L’hypnose m’a aidé à faire sortir un peu de rage en moi. J’essaie plus de relativiser et d’écourter les moments ou je sens que je vais exploser… petit à petit, je sens que je peux changer.

Ma consommation a bien diminuée… il me reste encore quelques mauvaises habitudes mais ce n’est plus du tout comme avant.

L’hypnose a été une libération. J’ose de plus en plus prendre des décisions pour moi et moins pour les autres.

Merci Valérie !

La sophrologie pour les non-voyants

La sophrologie pour les non-voyants

Sophrologie pour les non-voyants : agent émotionnel actif

Dans ma pratique quotidienne de la sophrologie, je découvre des pépites.

Non comme un chercheur d’or qui passe des heures à draguer la rivière, mais dans la rencontre de ce qui est de plus beau et riche, l’être humain, cet être doté d’émotions.

En accompagnant une non-voyante et en observant son visage se transformer telle une chrysalide, se dessiner un sourire éblouissant, j’ai pu constater l’ampleur et la force des mots qui se métamorphosaient en couleurs, en parfums, en saveurs.

Le corps humain a cette faculté extraordinaire de compenser, de magnifier et de continuer…

Privé d’un sens, les autres se développent. Son premier contact avec la sophrologie fût pour elle un voyage magnifique, un retour de 30 ans en arrière, avant sa cécité, retrouvant les couleurs et les sensations “presque” oubliées. La force de la mémoire corporelle, de toutes ces informations mémorisées et stockées, enfouies et qui resurgissent sous les mots.

Le travail sophrologique permet une véritable transformation, d’abord des visages, des habitudes de pensées, du regard que l’on porte sur soi et sur ce qui nous entoure.

Pin It on Pinterest