Se libérer du cannabis à l’aide de l’hypnose

Se libérer du cannabis à l’aide de l’hypnose

L’hypnose peut apporter une aide essentielle pour se libérer d’une addiction.

Comment se déprogrammer d’une habitude que l’on impose à son corps. Comportement que l’inconscient a mis en place pour se « protéger » comme un voile, un brouillard pour masquer des choses enfouies profondément.

En sachant cela, le travail va consister à se libérer de ces images enfouies, à surmonter sa peur du manque, ce qui bien souvent empêche les personnes d’arrêter et à trouver en soi le bien être sans substance.

Prenons le beau témoignage d’une jeune fille de 26 ans qui est venue me voir pour arrêter une consommation excessive de cannabis. (10 joints quotidiens depuis plus de 10 ans) :

Tout d’abord, j’ai voulu essayer l’hypnose sans une trop grande conviction. Je m’attendais plus à une séance comme on peut voir à la télé mais finalement pas du tout ! Un ami m’a conseillé d’aller voir une hypnothérapeute qui se prénomme Valérie, j’ai donc sauté le pas. Je suis venu plus particulièrement pour arrêter ma consommation de cannabis.

La première séance a été très révélatrice sur ma vie (je me la suis prise en pleine figure !). Beaucoup de choses sont remontées du passé, des choses que j’avais décidé d’oublier et la drogue avait mis aussi son petit mouchoir dessus.

La deuxième séance n’a fait que confirmer la première.

Je sais maintenant pourquoi la drogue est mon péché, pourquoi elle me colle à la peau et pourquoi je me suis droguée et ça c’est important.

L’hypnose m’a aidé à faire sortir un peu de rage en moi. J’essaie plus de relativiser et d’écourter les moments ou je sens que je vais exploser… petit à petit, je sens que je peux changer.

Ma consommation a bien diminuée… il me reste encore quelques mauvaises habitudes mais ce n’est plus du tout comme avant.

L’hypnose a été une libération. J’ose de plus en plus prendre des décisions pour moi et moins pour les autres.

Merci Valérie !

La sophrologie pour les non-voyants

La sophrologie pour les non-voyants

Sophrologie pour les non-voyants : agent émotionnel actif

Dans ma pratique quotidienne de la sophrologie, je découvre des pépites.

Non comme un chercheur d’or qui passe des heures à draguer la rivière, mais dans la rencontre de ce qui est de plus beau et riche, l’être humain, cet être doté d’émotions.

En accompagnant une non-voyante et en observant son visage se transformer telle une chrysalide, se dessiner un sourire éblouissant, j’ai pu constater l’ampleur et la force des mots qui se métamorphosaient en couleurs, en parfums, en saveurs.

Le corps humain a cette faculté extraordinaire de compenser, de magnifier et de continuer…

Privé d’un sens, les autres se développent. Son premier contact avec la sophrologie fût pour elle un voyage magnifique, un retour de 30 ans en arrière, avant sa cécité, retrouvant les couleurs et les sensations « presque » oubliées. La force de la mémoire corporelle, de toutes ces informations mémorisées et stockées, enfouies et qui resurgissent sous les mots.

Le travail sophrologique permet une véritable transformation, d’abord des visages, des habitudes de pensées, du regard que l’on porte sur soi et sur ce qui nous entoure.

La sophrologie en chirurgie

La sophrologie en chirurgie

Sophrologie pré et post opératoire

En préparation d’une opération chirurgicale la sophrologie est une méthode de plus en plus utilisée et presque incontournable.

Se sentir prêt pour la chirurgie

En effet, préparer son corps et son mental à affronter l’épreuve du bloc opératoire a plus qu’un rôle préventif, mais un rôle majeur car cela diminue les risques chirurgicaux et post opératoires. Nous savons maintenant que l’algodystrophie, par exemple, est une pathologie liée au stress, une réaction de l’organisme au stress.

Dans mon cabinet, en séances individuelles j’ai eu l’occasion de proposer et préparer des personnes en vue d’une grosse opération. Nous avons travaillé sur l’angoisse de l’opération, en faisant des séances sur la détente, la respiration, la relaxation, mais aussi sur des sophro projections futures en visualisant la rééducation par exemple.

Préparer l’après chirurgie

Dans ce genre de séance, la personne pouvait se visualiser en train de marcher sans boiter en essayant de décortiquer le mouvement.

Nous avons également travaillé des séances de visualisation comme le lieu ressource, l’image de détente à pratiquer au moment précédant l’anesthésie. Avec la sophro-activation vitale nous avons stimulé le corps dans son travail d’auto-guérison et de cicatrisation.

Nous avons pu aussi faire un travail sur la douleur; l’écoute du corps avec un travail également sur l’image corporelle car avec l’opération le schéma corporel va se trouver modifié.

C’est une approche passionnante et j’ai pu constater que les patients allaient affronter l’épreuve de l’opération avec moins d’angoisses et de craintes, moins stressés le jour J et de nombreux chirurgiens conseillent à leurs patients de pratiquer avant l’opération des séances de sophrologie.

D’ailleurs, les anesthésistes aussi le confirment, s’endormir calme et confiant réduit les effets indésirables des réveils difficiles. Le patient se sent actif dans la gestion de sa douleur, grâce à la sophrologie et aux différents exercices proposés et non plus passif.

La sophrologie contre la douleur

La sophrologie contre la douleur

Témoignage d’une sophrologue

Comment tout peut basculer en cinq minutes…

À l’aube d’un week-end, une chute imprévisible a tout bouleversé.

En me relevant et en regardant mon poignet, j’ai tout de suite vu comment allait se dérouler la soirée. Mon poignet était cassé, l’os déplacé.

Je suis allée aux urgences en sachant que je n’en ressortirai pas le soir-même. On allait m’opérer, c’était sûr.

Je me sentais très calme malgré la douleur aiguë très forte. J’ai senti que j’allais m’évanouir, et là j’ai su comment réagir grâce à la respiration.

A mon arrivée aux urgences, la radio a confirmé que le radius était cassé en deux morceaux et déplacé. J’étais toujours très calme et l’annonce de l’opération d’urgence m’a laissée sereine. J’ai accepté, lâché prise, fait confiance.

Des techniques de respiration pour maîtriser la douleur

Il a fallu ensuite « réaligner » mon bras, sans anesthésie. J’ai utilisé les exercices de respiration que j’ai l’habitude d’utiliser en sophrologie, ainsi que mon image ressource en visualisant les deux bouts de radius qui se rejoignaient. Ce fut très douloureux mais dans le calme et le personnel soignant m’a trouvée très zen.

Bien sûr, la sophrologie n’a pas « effacé » la douleur intense mais m’a aidée à l’accepter, à la vivre et l’accompagner.

La nuit qui a suivi fut douloureuse mais je n’avais aucune angoisse, puis on m’a opéré le lendemain matin.

J’ai vécu ces deux jours à l’hôpital de façon très sereine. La sophrologie m’a vraiment changée. Je n’étais pas envahie par les émotions, ni les angoisses. Je suis certaine que cette même épreuve aurait été bien différente quelques années auparavant. J’ai accepté sans angoisser l’idée de l’opération et de l’anesthésie. Je n’ai pas eu peur de ne pas me réveiller et j’ai pu, grâce aux exercices de respiration, mieux accepter et tolérer la douleur.

C’est vraiment dans ce genre de situation que j’ai pu réaliser toute l’efficacité de la sophrologie, tant au niveau curatif pour soulager, qu’en prévention comme traitement de fond.

Depuis toutes ces années de pratique, je suis devenue plus sereine, moins angoissée, je suis moins envahie par les émotions et c’est quand arrive l’épreuve que l’on s’en rend compte.

Pin It on Pinterest