Interview d’un apprenti jockey à propos de la sophrologie

Interview d’un apprenti jockey à propos de la sophrologie

La sophrologie une aide efficace, dans le sport et les études

Tanguy Andrieux, 14 ans, est apprenti jockey à l’école AFASEC.Iil nous parle de son expérience avec la sophrologie. Nous avons travaillé sur la détente, la relaxation, l’écoute du corps et la position sur le cheval, la concentration, et également sur des peurs et des angoisses.

Tanguy, comment as-tu découvert la sophrologie et quand ?

interview-jockey-sophrologieJ’ai découvert la sophrologie il y a deux ans au CCAS de Voreppe. Il y avait des ateliers de sophrologie et j’ai appris que cela pouvait aider pour le stress, le sport, les compétitions, les examens… Alors je suis allé essayer cet atelier et je l’ai suivi pendant un an, à raison d’une séance par semaine.

Depuis, beaucoup de choses ont changé !

Étant apprenti dans une écurie de courses, il m’arrivait d’avoir peur, par moment, de rentrer dans les boxes de certains chevaux ou d’appréhender de monter des chevaux difficiles.

Maintenant, grâce à la sophrologie, je n’ai plus peur et j’ai beaucoup progressé au sein de mon écurie.

Avant de rentrer dans cette école, je faisais des concours d’obstacle et de la gymnastique. Je me suis servi de la sophrologie pour visualisant mon parcours, un parcours sans faute et la victoire de l’épreuve !

En saut d’obstacle, je suis allé jusqu’au championnat inter-régional et en gymnastique, j’ai gagné le championnat départemental.

Qu’est ce que cela t’a apporté dans ta scolarité ?

Je suis en troisième agricole. J’ai passé un entretien avec le directeur pour entrer dans cette école.

La sophrologie m’a aidé pour cet entretien, je l’ai visualisé comme je l’imaginais : avec le directeur, racontant mon niveau, mon expérience. En visualisant l’entretien, cela m’a préparé pour le jour des sélections et je n’ai pas du tout stressé quand j’ai vraiment passé l’entretien.

À Cheval à l’afasec ?

Tous les matins, je monte en moyenne quatre chevaux. Tous les chevaux ne sont pas les mêmes, certains sont plus difficiles que d’autres. Un jour, j’ai vu sur ma liste un cheval que je n’aimais pas beaucoup, c’est un cheval très difficile qui m’a souvent fait tomber. Quand j’ai vu que j’allais monter ce cheval, au lieu de stresser et de me dire que je n’y arriverai pas, je me suis visualisé en train de le monter, que tout se passait très bien.

Le lendemain, quand je l’ai monté, cela c’est super bien passé, je ne suis pas tombé. Idem pour la position ! Je me visualise avec une belle position à cheval pour tous les jours et cela marche très bien. Vu que je me visualise avec une bonne position, mon corps le ressent, alors quand je le fais pour de vrai, je la réalise exactement comme je l’avais visualisé puisque mon corps sait déjà la faire.

Et dans ta vie en général ?

Je ne me sers pas de la sophrologie que dans mon travail, je l’utilise aussi dans la vie de tous les jours.

À un moment ou je stresse pour une raison quelconque, au lieu de paniquer, j’utilise la sophrologie, des visualisations positives, et le stresse n’existe plus !

La sophrologie a beaucoup changé ma vie, dès que j’affronte un moment difficile, je me sers de la sophrologie et tout va mieux. Je l’utilise également le soir pour effacer la fatigue de la journée. Ma sophrologue m’a enregistré des séances sur mon portable et je les réécoute le soir.

Merci Tanguy et toutes mes félicitations pour ton passage en seconde.

Bon courage pour la suite de tes études.

Propos recueillis par Valérie Robert

Pin It on Pinterest